BARRAGES de la vallée de la Sélune….APPEL à résistance

A partir du lundi 15 septembre et jusqu’au 17 octobre, s’ouvre l’enquête publique relative à l’arasement des barrages de la vallée de la Sélune (Vézins et La Roche qui Boit). Que l’on se rassure, il ne s’agit pas de démolir les barrages d’ici Noël, mais ce sera la dernière (et la seule) possibilité légale de démontrer cette imbécillité à notre Etat décadent et que le « bon peuple », au 21° siècle, a encore son mot à dire. Pour mémoire, l’ancien régime a été aboli en 1789.

Voyez ce qui s’est passé à ND des Landes, à Nonant-le-Pin ou sur de multiples projets mal pensés ou dirigés de manière lobbyiste (tempête Xynthia p.ex). Rien n’est jamais arrêté définitivement, mais nous devons combattre jusqu’au bout. Nous allons créer un « collectif anti démolition » afin de présenter à la Commission d’Enquête Publique un mémo supplétif en contradiction. Pour cela, nous faisons APPEL à la population de la Vallée de la Sélune mais aussi à toutes les bonnes volontés locales ou extra locales quelles que soient les affinités politiques. Enfin, sachez bien que cette démolition est une grave décision, criminelle même. Au moment où est présenté à l’Assemblée Nationale le projet tant attendu sur la transition énergétique, ici dans notre belle région, l’on s’apprête à faire subir aux habitants une double peine. Il y eu, dans les années 20 d’abord, celle de voir leurs terres englouties à cause d’un projet mal expliqué, et en 2014, cette seconde peine de voir leur vallée à nouveau détruite et anéantie pour au moins 30 ans, très mal expliquée encore, malgré le siècle de l’internet.

Décidément, nos dirigeants politiques et serviteurs de l’Etat, n’ont aucun sens de la réflexion. Le réaménagement de la vallée sera un leurre. Présenté par certains élus comme la seule solution « équitable » est en fait pour ces derniers la seule solution afin de récupérer des fonds de l’Etat ou de l’Agence de l’Eau à des fins peu explicites. Mais l’Etat, comme chacun le sait, est en cessation de paiement. Il se désengagera, comme il le fit dans le projet du Mont St Michel, laissant alors les collectivités se débrouiller seules. Imaginons la suite…. !

Alors, nous lançons ici sur Granville info un APPEL à tous pour nous rejoindre. Nous considérons que cet acte de résistance est tout à fait légitime et se justifie pleinement. Il en va de l’avenir de cette France profonde et donc notre sud Manche. Pour créer des conditions de vie idéales, nous n’avons pas besoin de dictats initiés dans les salons feutrés des Ministères parisiens.

Pierre JUHEL

UDI écologie 50

eco.pj.50@outlook.com   –   #juhelEco50

le 15 septembre 2014