, ,

Consommation excessive des terres agricoles

Voilà un sujet récurrent qui mériterait d’être traité comme il se doit. Le numéro de l’hebdo « La MANCHE LIBRE » de cette semaine (2 mai) en fait état.

Il y est relaté que chaque année, dans le sud-Manche, 194 Ha de ces terres agricoles sont grignotés. Cette gloutonnerie incontrôlée aboutira inévitablement à un affaiblissement des données « bleues et vertes » et surtout à une disparition galopante de la biodiversité d’une part et, une accélération exponentielle du changement climatique, d’autre part.

Nos sociétés « modernes » ne savent plus planifier les besoins réels et réagissent trop souvent, sans aucune planification durable, à des poussées incontrôlées provoquées par des lobbies urbanistiques. Nous le constatons partout et ce qui est vrai en France l’est également dans notre région.

Il serait grand temps que les consciences éclairées prennent le pas sur les aveugles. Il serait surtout grand temps que les dirigeants de notre pays emboitent le pas décisif sur ces sujets, alors qu’en fin d’année nous recevons à Paris la COP 21 (conférence internationale sur le climat) où seront présents pas moins de 180 pays.

Cette réflexion thématique est menée par UDI écologie au plan national et elle est répercutée systématiquement par l’instance locale de la Manche, notamment lors de la journée de sensibilisation organisée à Granville le 5 novembre 2014. Ayant rencontré sur ce sujet à plusieurs reprises les autorités consulaires départementales agricoles, nous souhaitons un élargissement de la discussion au plus vite afin d’éviter que nous ne sombrions dans les années à venir dans un dédale climatique incontrôlable.

Pierre JUHEL

UDI écologie 50

 

  Votez pour cet article!
6 réponses
  1. Broom
    Broom dit :

    Certes ceci est une très utile réflexion à mener…. Mais … !!!
    Demandons nous où loger tant de SDF pour lesquels si peu à été fait depuis la croisade de l’abbé Pierre.
    On veut bien construire mais pas près de chez soi.
    Halte aux égoïsmes S.V.P.

    • M-Ch Sevestre
      M-Ch Sevestre dit :

      Broom,
      Vos quelques lignes me permettent de vous dire combien j’ai été choquée le jour oú peu de temps après les municipales une personne « bien sous tout rapport  » m’a dit :il va falloir supprimer le surnombre de logements sociaux dans la Haute-ville …

  2. Joël BELLENFANT
    Joël BELLENFANT dit :

    Penser globalement pour agir localement et il est indispensable et urgent de le faire. Pourquoi ce projet de la Clémentière (34 ha de surface agricole en moins) alors qu’un millier de logements vacants existe sur Granville. Il faut d’abord rénover l’existant, utiliser les friches industrielles, les dents creuses, avant d’étendre, toujours étendre, et puis construire en vertical plutôt qu’à l’horizontal. Quid également de la part de certains élus de défendre une 2 fois 2 voies entre Avranches et Granville, alors qu’une trois voies sur l’existence suffirait, à voir le désastre en perte de terrains agricoles de la déviation de Sartilly et de celle de Marcey qui s’annonce, parce que rien n’a été pensé et réfléchi en amont, c’est pitoyable et désastreux. Enfin toutes ces zones d’activités bouffeuses aussi de terres agricoles à moitié pleines ou à moitié vides, c’est terrible, certains élus font vraiment n’importe quoi, mais il appartient au citoyen de s’impliquer à condition qu’on lui donne la parole « réellement ».

  3. francoise
    francoise dit :

    Concernant les constructions neuves, je crois qu’il faut prendre en compte la responsabilité des lotisseurs et les municipalités : ils font qui font croire que construire des logements attirera des entreprises ? Le problème est pris à l’envers : s’il y a tant de logements vides à Granville par exemple, c’est que la population s’en va là où il y a du travail ! Les éventuels acheteurs, si ce nouveau lotissement voit le jour, ont intérêt à bien réfléchir à la possibilité de louer dans le cadre de la loi Pinel. Si aujourd’hui il n’y a déjà pas de locataires pour les logements vacants, pourquoi y en aurait-il davantage pour ceux qui seront neufs ?? Ils auront les crédits à rembourser, et pas les avantages fiscaux attendus.
    Les avantages fiscaux sont réservés aux constructions neuves, et non pour la rénovation ; c’est probablement pour cela que l’on voit fleurir les constructions neuves à côté de constructions existantes (parfois de belles maisons anciennes) qui ne se vendent pas, et se dégraderont finalement. Peut-être des lobbies de la construction derrière tout cela ?

    • Léonhard MARTIN
      Léonhard MARTIN dit :

      Pour la clémentière, il s’agit de la SAS La clémentière constitué de …. roulement de tambour :
      POZZO (si quelqu’un ne connait pas qu’il lève la main), NEXITY http://www.nexity.fr/, et la SHEMA http://www.shema.fr/la-shema.php (à ne pas confondre avec SHEBA nourriture pour chat).
      Donc non, aucun lobbie… (D’ailleurs je suspecte Pozzo d »être à l’origine des pots de fleurs géants qui envahissent l’espace piéton dans la ville… à cause de la même couleur orange…)

  4. Joël BELLENFANT
    Joël BELLENFANT dit :

    Tout à fait, Françoise, les communes sous la pression des lotisseurs, promoteurs et autres, se sont lancées dans des lotissements à n’en plus finir gourmands en terres agricoles, et certaines communes se retrouvent avec des terrains invendus. Voir le cas de la commune du Champ du Boult qui brade ses terrains 1 € le m2, cela frise la dilapidation de biens publics. Heureusement que la CDCEA devenue CDPENAF (Commission Départementale de Protection des Espaces Naturels Agricoles et Forestiers) veille au grain, sinon l’érosion serait plus grande encore.
    Concernant la rénovation de l’ancien il y a néanmoins des aides, notamment en matière d’économies d’énergie, mais bien évidemment les lobbys du BTP veillent pour construire du neuf.
    On ne peut continuer ainsi sans mesurer les conséquences. L’Espagne se retrouve aujourd’hui avec un parc de 3400000 logements vacants !!! La France n’en est pas encore à ce stade, mais il est urgent que les pouvoirs publics prennent enfin les bonnes décisions et les bonnes mesures.
    Beaucoup de logements proposés à la location sont énergivores et loués cher, mais le rôle des agences immobilières est sur ce point consternant d’incompétence dans la fixation des loyers. Déjà qu’ils ont du mal à évaluer un bien immobilier, alors un loyer je vous dis pas, par méconnaissance de la construction et des normes.
    Il y a du pain sur la planche mais pour l’instant celui qui en paie les conséquences c’est le citoyen lambda.

Les commentaires sont fermés.