La dérision,juste au moment du Carnaval.

« Je me presse de rire de tout , avant d’être obligé d’en pleurer »

                                                                                Beaumarchais.

 

Plus question de rire, en effet,ni même de pleurer, mais de participer à une contestation constructive face à des projets,mal ficelés.

A l’evidence, la dérision, qualifiée de diffamation par mr Féret qui  joue au chevalier vertueux, alors qu’il  aurait tant à balayer devant sa porte, ne suffit plus. Nos amis carnavaliers vont prendre heureusement la relève et ne manqueront pas de sujets !

Pour moi, qui ai démissionné (je parle en nom propre),il a s’agi d’une décision difficile à prendre, puisqu’en effet des électeurs nous avaient fait confiance. Mais la suite rocambolesque, voulue par Mme Le Maire, nous a finalement démontré que nous avions raison de dénoncer cette autocratie qui ne faiblit pas et impossible à accepter pour ceux qui ont d’autres valeurs.Y assister, impuissants à se faire entendre ,revenait à cautionner par notre présence cette dérive, en donnant la fausse image d’un débat démocratique.

Là-dessus, curieusement, « les donneurs de leçon » (côté pouvoir en place, ou impatients d’en découdre), se rejoignent pour nous traiter de lâches. La lacheté est plutôt la facilité avec laquelle certains sont restés sagement assis à leurs place de Conseillers,ayant constaté pourtant qu’aucun Conseil, Question ou Argument ne serait pris en compte,  s’il contrevenait à ce que Mme Le Maire a décidé. Donc,on reste et on dit Oui : reporter les problèmes à plus tard ou pour les suivants, est cependant pour ceux qui n’en auraient pas pris conscience une lourde responsabilité dont ils auront à répondre devant les Granvillais.

Je me suis fait un dicton personnel « on a toujours tort d’avoir raison trop tôt » C’est pourquoi, j’accepte par souçi de légalité la décision de justice de maintenir ce Conseil de 23.

Chacun peut  à tour de rôle « jouer le 23e » et obliger Mme le Maire a accèder à ses demandes (Ex :Vice Présidence GTM, cabinet neuf, salle de répetition…), toute ressemblance avec un ex. réel, serait purement fortuite.

La démocratie est quelque chose de fragile et peut rapidement disparaitre (l’histoire des dictatures nous l’a souvent prouvé ) ,si les citoyens laissent faire ou se font « endormir ».

Une opposition citoyenne, par la rue, les Associations, les Collectifs, doit se faire entendre avant toute prise de décision : budget, travaux St Paul, Pole Santé,Ports ,il en est de la responsabilité de chaque Granvillais. J’ai bon espoir que ceux qui se sentent concernés : actifs, retraités, soucieux de l’ interet  géneral, plus que de leur interêt immédiat, sans Ego demesuré ou envie de pouvoir, sans clivage politique, puissent enfin représenter leur ville, sans avoir à la vendre au plus offrant.

Cordialement   Anne Guiton

 

 

 

5 réponses
  1. broom
    broom dit :

    Avec du recul et , à la lumière de la situation actuelle, je pense que vous auriez eu davantage de granvillais à votre écoute,
    tout en restant dans la place, au lieu de démissionner.
    A mon avis, ce blog eu été un excellent tremplin pour se faire.

  2. Anne Guiton
    Anne Guiton dit :

    Vu de l’extérieur,peut être avez vous raison,mais un choix implique toujours le renoncement d’ un autre scénario..Ce choix de démissionner a été fait pour des raisons incontournables,à savoir un mépris de la démocratie au sein d’un Conseil,une gestion hasardeuse ,des projets mal préparés,une dégradation des relations intercommunautaires. Si nous avions pu par notre présence et nos questions,freiner ces dérives,comme nous l’avons tenté à maintes reprises,nous serions restés.C’est dommage que cet acte compliqué pour nous,n’ait pas pu être compris par certains Granvillais, mais vous nous accorderez justement le fait de ne pas avoir cherché à faire de la démagogie et vouloir plaire à tout le monde.
    Anne

  3. LABROSSE Jean Paul
    LABROSSE Jean Paul dit :

    Le Carnaval de Granville créé au départ par les marins partant pour les bancs n’a jamais été le monde des « Bisounours ».
    D’où les intrigues destinées à rhabiller les édiles, le « coup de partance » avec les « morues du Vert Galant » (lequel Vert Galant était la propriété d’un armateur… ce qui permettait de reprendre d’une main ce qui avait été avancé de l’autre…)
    Il s’est bien assagi depuis, mais on n’empêchera jamais certains débordements.
    Quand au ridicule de la Castafiore il n’est plus à démontrer.
    Pauvre cité Granvillaise

  4. Amenska
    Amenska dit :

    La nouvelle décision inattendue du Conseil d’Etat a fait l’effet d’une douche froide et au vu du silence très inquiétant qui a régné pendant de longues semaines sur ce forum, je me suis demandé si l’équipe de M. Peyre n’était pas complètement anéantie, encline à jeter l’éponge. La reprise des discussions depuis deux jours me rassure. Courage! Remobilisez-vous! Dites-vous bien que trois ans, c’est long et qu’il n’est pas du tout certain que la municipalité actuelle tienne la distance. Elle est extrêmement fragile cette équipe. Un nouveau clash pouvant survenir à tout moment et ce sera la démission du conseil et le retour aux urnes qui s’en suivra … avec l’aval ou non du préfet et du Conseil d’Etat.

  5. Anne Guiton
    Anne Guiton dit :

    Vous avez raison,3 ans c’est long,et les clash il y en aura certainement.Au vu de celui provoqué par Mme Desiage,se voulant représentante de la municipalité et insultant les organisateurs du Carnaval.Quel mépris et quelle méconnaissance de la culture traditionnelle granvillaise !
    Sauf que,ce qui mériterait d’être sanctionné ou du moins sevèrement recadrée,ne peut pas l’être par peur d’une défection.Ca s’apparente à une sorte de chantage : »je peux dire et faire n’importe quoi,personne n’osera me virer »,c’est valable d’ailleurs pour chacun des 23 élus restants.
    Peut être,un jour,un(e) courageux(se) se lassera de la dramaturgie de Mme Desiage et de la complaisance de Mme le Maire à son égard,parce que pour eux aussi,ça va être long 3 ans.
    Anne Guiton

Les commentaires sont fermés.