La Pensée Unique

téléchargement

Amusant,

Je ne sais pas si vous avez remarqué que Mme BAUDRY dispose au sein de son Conseil Municipal de deux soutiens particulièrement motivés?

Il s’agit de M. FERET, élu Front National qui n’a de cesse de soutenir l’action de son Maire, même si on ne comprend pas toujours ce qu’il veut exprimer et, Mme DESIAGE, conseillère municipale d’opposition par défaut, qui visiblement devient le porte-parole d’une municipalité hésitante sur le soutien de notre événement culturel annuel, je veux parler du Carnaval.

Deux conseillers qualifiés d’opposition qui ont en fait négocié des petits accords mercantiles pour obtenir une toute petite parcelle de pouvoir s’accompagnant d’une visibilité flatteuse dans la presse locale.

Ou sont les autres Conseillers Municipaux? Que pensent-ils? Que font-ils?  Vont-ils s’exprimer un jour?

Mystère.

Les Granvillais n’apprécient pas  la pensée unique, celle de la maitresse de la cité et espèrent une pluralité d’opinions sur les sujets qui intéressent notre cité.

Philippe LETESSIER

 

55 Votez pour cet article!
7 réponses
  1. gégé
    gégé dit :

    Oui c’est bien vrai Mr Letessier, ils bêlent tous,il y a que la Castafiore,plutôt Catastrophe qui chante mais à contretemps.
    et ben, moi je sais pas chanter mais je sais compter, ça fait 15 jours que la représentante de la Ville, envoyée spéciale du Maire, nous a injurié et depuis SILENCE radio, y-a plus personne à la Com. à la mairie ? Ils sont peut être en train de faire des économies sur le personnel pour pouvoir nous donner la subvention au Carnaval.
    Peut être qu’on est alcooliques, mais on a la mémoire longue et même si on est alcoolique ce jour là, on travaille plus de 3 mois, avec des copains ou en famille (les enfants boivent pas) pour participer au Carnaval et du coup on a ramené le logo de l’UNESCO.
    La chanteuse, elle peut pas en dire autant. Elle devrait bien boire un peu plus et sortir moins de c…,.On veut plus l’entendre, sauf si c’est pour présenter des EXCUSES. On veut bien ,que ça soit mme le Maire qui s’y colle, puisque c’est elle qui a eu l’idée de nous l’envoyer faire la morale.
    Pour la chanteuse,si elle est encore là, elle pourra vérifier pendant le Carnaval si il y a des barriques remplies d’alcool ou de goudron avec quelques plumes.
    Gégé.

  2. Amenska
    Amenska dit :

    Eh oui, voilà où nous en sommes. Une majorité municipale prise en otage par ses deux conseillers de « l’opposition ». Une situation pas vraiment confortable. La paix… oui mais à quel prix…
    Tiens! A propos du concept de « pensée unique » si usité aujourd’hui, deux intellectuels en revendiquent la paternité: Ignaço Ramonet du « Monde diplomatique » et Alain de Benoist de  » La Nouvelle Droite ». Lequel des deux ment d’après vous? (ils peuvent mentir tous les deux soit dit en passant…)

  3. LETESSIER Philippe
    LETESSIER Philippe dit :

    N’ayant pas une culuture politique très fournie, avant d’utiliser l’expression  » pensée unique », j’ai consulté Wikipédia:

    Pour une majorité de spécialistes français et internationaux, Jean-François Kahn est « l’inventeur de l’expression1 » ainsi que « l’inventeur du concept2 » et le premier à avoir parlé de pensée unique au début des années 1990 dans les colonnes de L’Événement du jeudi3. Il aurait su « le premier capturer dans une formule choc une tendance de l’opinion française4 ». C’est lui qui aurait popularisé son usage en France dès 1991 dans un article de L’Événement du jeudi, puis à travers son best-seller de 1995 intitulé La Pensée unique5. Il semblerait cependant que le premier usage de son expression date de janvier 1992 dans un éditorial intitulé « Les Risques de la pensée unique », et publié à l’occasion de l’affaire Habache, secrétaire général du FPLP venu se faire soigner en France d’une attaque cérébrale en janvier 19926. Le mot est repris immédiatement et il connaît une vogue instantanée. Les interprétations « à chaud » sont variables. Ainsi, le psychiatre Guy Laval soutient que ce que Jean-François Kahn nomme « pensée unique » est en fait « un néo-libéralisme a-contradictoire »7. Pour l’avocat serbe Vladimir Vukadinovic, c’est « l’inertie de nos grands moyens d’expression » que « Jean-François Kahn, qui […] n’est jamais à court de bonnes formules, a appelé […] la pensée unique8. ». Enfin, pour l’historien et philosophe Lucien Jerphagnon, Kahn nomme « pensée unique » « l’ère du vide obligatoire9 ».

    Ignacio Ramonet a repris l’expression dans un éditorial de 1995 du Monde diplomatique10, journal où le mot est employé entre autres à l’époque pour évoquer et tourner en dérision le consensus national et européen en faveur de la monnaie unique11. Alain de Benoist a également fait usage de l’expression en septembre 1993, dans un éditorial de la revue de la Nouvelle Droite Éléments12 au ton singulièrement proche de celui de Jean-François Kahn, un an et demi auparavant.

    Par la suite, celle-ci a connu un certain succès, passant du rang de simple cliché journalistique, puis de slogan politique caricatural, à celui de mème ou de sujet polémique et provocant. Elle possède en effet un avantage rhétorique qui consiste à renverser la charge de la preuve : au lieu d’avoir à développer une vision cohérente et de convaincre qu’elle peut être mise en œuvre de manière réaliste, on accuse l’adversaire d’être incapable de penser à une alternative à sa solution actuelle. De ce fait, il n’existe plus aujourd’hui « une seule » pensée unique mais plusieurs. Gustave Parking dit même dans une boutade : « Tout le monde est d’accord pour critiquer la pensée unique. »13 Ce paradoxe s’explique par le fait que la pensée unique désigne alors la pensée d’un groupe de personnes.

    Ainsi, en France, la gauche et certains mouvements altermondialistes dénoncent une pensée unique « libérale », tandis que les mouvements libéraux dénoncent une pensée unique étatiste et anti-libérale14.

  4. Jacques-René Hébert
    Jacques-René Hébert dit :

    Le concept de pensée unique est très subjectif d’un point de vue économique car il en appelle justement à l’inconscient de celui « qui ne conçoit pas d’alternative » à un problème donné. Pour être plus précis c’est, tel que souligné par Philippe Letessier, ce à quoi on ne réfléchit pas… Car il n’est pas nécessaire de débattre de l’évidence. Il me semble donc , tout à fait subjectivement, que, toujours d’un point de vue économique, l’approche libérale détient la palme avec une avance confortable (« There is no alternative » disait Thatcher)… A ce propos il est très intéressant de regarder le documentaire « Les nouveaux chiens de garde » de Serge Halimi qui est justement le rédac chef du monde diplomatique même si lui aussi est… subjectif. MAIS il a au moins le mérite de le reconnaitre … d’où l’absence de pensée unique de son côté (Il ne s’agit pas ici de savoir qui a raison ou tort, ce choix-ci nous appartient à tous devant l’urne).

    Pour en revenir à nos moutons municipaux et pour reprendre cette absence d’alternative, ces « œillères d’or » ne peuvent pas être attribués à d’autres personnes qu’à ces politiques en herbe qui entourent tous la table du conseil. Car oui si nous parlons un petit peu des choix qui se sont offerts à eux depuis quelques temps la consternation du court-termisme nous guette ! Kitous-Léotard l’a signifié ailleurs je crois, aucune vision, aucune décision qui ne sorte du carcan comptable du choix systématisé. Quelle forme prend donc la pensée unique à Granville ? Et bien ma foi ayons cette vision comptable nous même et regardons les deux fameuses colonnes « investissement » et « fonctionnement ». Cela est très clair : Selon la pensée unique du conseil municipal Granvillais il est INTERDIT d’investir. Et la chose ne concerne que marginalement les finances car gare à celui qui oserait proposer un avenir à Granville au Conseil des 23 ! La voilà, notre pensée bannie de la pensée unique.

  5. Amenska
    Amenska dit :

    Félicitations M. Letessier. Votre remarquable exposé répond tout à fait à la question que j’avais posée (et à vrai dire que je m’étais posée). Si l’on résume, on apprend que ce serait grosso modo J.F. Kahn de l’Evènement du jeudi qui au début de années 90 aurait été l’introducteur de cette expression et de ce concept de « pensée unique » au sens plurivoque si je vous ai bien compris. I. Ramonet et A. de Benoist auraient, par suite, pris une part active à sa diffusion. Soyons donc indulgents avec nos deux intellectuels. Ils n’ont menti que par omission de dire… toute la vérité.

Les commentaires sont fermés.