,

Un conseil municipal en dessous de tout

attention

Les mots me manquent pour qualifier le conseil municipal de ce mardi 19 septembre.

Amateurisme peut-être ? Non. Le terme n’est pas assez fort…

Deux heures durant je suis resté parmi quelques courageux Granvillais venus assister au prodigieux spectacle. À l’écoute des délibérations successives c’est tout le travail des services de la ville que nous avons vu s’égrainer devant nous.

Une once d’espoir ? Bien vite n’est-elle plus qu’un vague souvenir.

Incompréhension des plus simples informations, absence totale de préparation des dossiers et bouffonneries en tous genres se succèdent et foisonnent comme pour nous rappeler l’inconséquence d’un conseil municipal qui ne devrait jamais se trouver aussi faiblement constitué…

Ainsi, à l’évocation des activités scolaires et sportives, les regards éteints ne permettent en rien de croire à la moindre attention de la part des conseillers municipaux. Ce sentiment est malheureusement confirmé par les questions absolument hors de propos que pose Gisèle Desiage à la suite des rapports d’activités. La gêne s’installe alors dans la salle du conseil municipal.

De la même manière, que penser de la délibération de Madame Deniau relative aux travaux d’aménagement de la Halle aux Blés ? Alors qu’elle insinue, en lisant une délibération qu’elle n’avait pas antérieurement eu le courage de parcourir, encore moins de comprendre, que des travaux d’isolation vont avoir lieu dans le local, elle ne sait répondre à la question de Denis Féret concernant « des peintures dont les services pourraient s’occuper ».

Non, il ne s’agit pas de peintures, mais de travaux très précis relatifs à une isolation thermique et à des normes hygrométriques, malheureusement Mireille Deniau n’en sait rien. Gêne au conseil municipal, interpellation des services. S’ensuit alors la réponse consternée d’un responsable de ces derniers, obligé de justifier du fait que la ville ne dispose évidemment pas d’un personnel en mesure de réaliser de tels travaux…

Essayons alors avec un autre mot. Irrespect ? Non, celui-ci non plus n’est pas assez fort.

Si ce n’est pas l’agglomérat précité des incompétences qui m’a conduit à quitter la salle du conseil, mais bel et bien le sentiment de faire partie du public « de trop », le comportement de la municipalité vis-à-vis du public outrepasse en effet le manque de respect.

Indirectement adopte-t-il ce comportement, il faut l’avouer, plus par inaptitude que par volonté.

La présentation des décisions modificatives du budget de la ville fut, en ce sens, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase citoyen. Le nouvel adjoint aux finances, duquel nous avions attribué les premières maladresses à des débuts difficiles, n’estime pas nécessaire de lire sa délibération. Il choisit ainsi de lire les modifications auxquelles il attribue le plus d’importance, passant à côté de l’information des citoyens granvillais pour écarter des éléments « que vous avez en détails ».

Monsieur Pingeon, les délibérations sont faites pour être lues, le public ne dispose pas des éléments en question, les services n’ont pas écrit tout cela pour rien…

Qu’a t-on modifié dans le budget de notre cité ? Cela reste donc bien mystérieux pour un public circonspect qui comprend alors qu’il ne fait plus que de la figuration.

C’est en bafouant la liberté civique qu’était la nôtre de venir veiller à l’action municipale que les délibérations ont été conduites et votées.

Au conseil municipal, le nivellement politique par le bas fait que l’on ne lit plus les délibérations, on les vote simplement, comme pour avaliser la décadence de la démocratie à Granville.

Jean-Nicolas Pache

3 réponses
  1. Verdier
    Verdier dit :

    Enfin quelqu’un de responsable ! Et qui ose dire des vérités !
    Rien d’étonnant dans ce « rapport » suite au dernier Conseil Municipal !
    Je m’étonne simplement du peu d’intérêt que portent les Granvillais sur la façon de nos élus de donner une belle image de Granville !
    Quand on aime GRANVILLE on pense d’abord GRANVILLE et non pas « SOI » !!!!!
    On ne peut absolument pas cautionner tout ce qui s’y passe !!!
    Je suis très déçue ! Vraiment très déçue !!!!!

  2. broom
    broom dit :

    Je réitère ma réflexion demeurée sans suite :
    « A-t-on conscience de ce que tout cela coûte aux contribuables ? »
    PS: 15/10/2017:
    Pourquoi la possibilité de  »réagir » aux articles n’est pas toujours accessibla ?
    C.Brooml

Les commentaires sont fermés.